La peau de papier

Qu’ils s’invitent et envahissent le papier, simplement pour pointer le bout de leur nez, c’est sûr qu’on peut compter sur eux.

Ils investissent la feuille de tous les côtés, de gauche à droite (parfois même de droite à gauche), et de haut en bas…puis ils s’installent et bavardent ; c’est à chaque fois pareil ! Je les observe se raconter toutes ces histoires, bien au chaud, agglutinés les uns contre les autres, à croire qu’ils sont nés ici, pourtant j’en suis sur, ils ne sont pas d’ici, mais bien d’ailleurs, alors pourquoi les chasser de cette si belle « peau » ?

Attirés par son teint doucereux et bienveillant, cette peau leur offre une place de choix. Ils la marquent sans scrupule, ça glisse, ça frotte, ça appuie, c’est vrai que ça va vite…

Ces monstres, mes monstres, je les connais bien, pourtant ils me surprennent à chaque fois. Souvent, le orange, le plus téméraire, arrive en premier, suivi par le rouge qui d’un pas confiant s’en sort comme il peut, puis enfin le noir, ferme la marche, quoiqu’il n’est pas rare d’y voir un bleu (parfois vert) s’incruster à tout ce babil, mais pourvu que ça bouge !

J’essaie d’être attentif et de les considérer, mais quoi que je fasse ils n’en feront qu’à leur tête, alors à ce moment précis, leur monde devient le mien et après tout tant mieux, on vit ensemble au quotidien.

news